Accéder au contenu principal

Haine et Division à Québec : Faisons face à la réalité

Rapidement, tout a continué comme si de rien n'était à Québec suite aux attentats meurtriers à la Mosquée. Les ondes radiophoniques ont repris leur habitude de tirer « verbalement » sur tout ce qui bouge qui ne fait pas partie de la normalité, de tirer sur tout qui n'est pas blanc, masculin, motorisé, capitaliste, néo-libéral. Depuis les attentats de la Mosquée on s'est attaqué aux gens d'orientation homosexuels, on s'est attaqué aux cyclistes de Québec avec André Arthur qui a dit qu'on devrait les frapper. Et souvenons-nous que lors des événements d'abus policiers de Val d'Or, qu'un animateur de radio avait dit que ces femmes autochtones étaient trop laides pour être violés par ces policiers blancs. Rappellons nous. Il ne faut pas oublier. On a aussi remis en question la journée de la femme et la pertinence de ce mouvement aujourd'hui, on a attaqué l'Université Laval pour vouloir investir leur argent dans des fonds qui ne contribuent pas aux changements climatiques. Saviez-vous que des messages xénophobes continuent à arriver à la porte des mosquées...et aussi maintenant dans les boîtes aux lettres dans différents quartiers de la ville. Il y a quelques jours le véhicule du président du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, que j'ai rencontré à quelques reprises, a été incendiée. 

Et que faisons-nous, majorité silencieuse qui ne veut pas vivre dans un monde de haine, de violence verbale et physique quotidienne, de préjugés et de tensions et de peur de l'autre. Que faisons-nous ?
Rien ou peu, car une culture de peur s'est instaurée à Québec. Parler trop fort contre ces voix veut dire se faire pointer du doigt. Veut-on vraiment vivre dans une culture de peur ? Le climat médiatique me fait peur, car on commence à rendre normal et acceptable le racisme et la xenophobie. Ça me fait peur car mes ancêtre juifs ont vécus exactement ça dans les années avant la 2e guerre mondiale, une montée de la haine que tout le monde balayait du revers de la main comme passager. Et à Québec on fait pareil, le Maire Labeaume et tous les acteurs minimisent ce qui se passe. Malheureusement, dans ma perspective, l'intolérance et le racisme n'est plus minoritaire à Québec.

Si l'on veut parler le langage des économistes et des politiciens, la Ville de de Québec perd déjà beaucoup en terme de lieu d'accueil sécuritaire, comme lieu de vie et de tourisme. Imaginez-vous que votre peau est brune, disons basanée, votre langue maternelle autre que le français et l'anglais et que vous arrivez au Québec pour travailler. Ou irez-vous? Irez-vous vraiment là où il y a eu une tuerie dans une mosquée et que dans les semaines et mois suivants les paroles et gestes de racisme continuent sans trop de réactions ? Irez-vous dans la ville ou une semaine après ces attentats les paroles de haine et peur contre toutes minorités ont continués sur les ondes radiophoniques?

Économiquement, socialement, mais surtout en terme de dignité, la Ville de Québec en prend un coup. Les nouveaux arrivants ou mêmes les minorités visibles nés au Canada, qualifiés, motivés et ayant de grandes expériences de vie ne viennent plus à Québec. Pensez-vous aux 6 hommes tués dans cette Mosquée, demandez à leur employeur l'impact de leur parte sur leur entreprise..en parle-t-on de cela dans les médias ? Viendriez-vous à Québec en touriste si vous étiez musulman, arabe, après ces attentats et ce qui se passe en ce moment, minimalement vous y penseriez deux fois?

Vu que c'est l'économie qui mène cette économie de haine, parlons ce langage. Ce qui se pase, c'est pas bon pour l'économie ça. Cette économie de la peur et de la division coûte beaucoup plus chère qu'elle rapporte, non seulement en repoussant des visiteurs ou citoyens potentiels, mais aussi par l'atmosphère qu'elle crée et la division du tissu social. Les gens des minorités ont peurs de se promener à Québec.

What the Fuck ?

Alors que faisons-nous ? Restons-nous là, comme une majorité silencieuse ?

Rester silencieux dans une atmosphère, des habitudes sociales qui proposent la haine et l'accusation comme première réponse à tout événement conflictuel ?

C'est le contraire absolu de ce qu'une société qui vise à vivre dans le respect et la paix a besoin. Déjà, le système scolaire peine à apprendre aux enfants à vivre leurs conflits de manière cohérente et juste envers tous. Avec un milieu médiatique dans la ville de Québec incitant à la division, quel type de comportement peut-on s'attendre des gens écoutant ceci jour après jour après jour. Une expression dit : On est, ce que l'on mange. Il faut aussi réaliser que l'on est ce que l'on écoute. On est ce que l'on dit. Nos actions sont ce que l'on est.

Alors Que faisons-nous ? Que faites-vous ? Quelles actions êtes-vous prêts à faire pour ne plus rester en silence ? Pour ne plus être dans la majorité silencieuse.

Les Médias sont des entreprises. Elles font leur argent avec leur côte d'écoute les publicités qui s'y rattachent. Toute entreprise qui achète de la publicité à un de ces médias, supporte du coup les opinions et manières de faire. Ces entreprises qui achètent de la publicité aux radios de Québec, leur donnent les moyens de continuer à offrir la haine comme solution pour cohabiter. Ces entreprises payent les salaires des tous les employés de ces stations qui utilisent la haine et la séparation comme moteur pour leur vente. Oui la Haine et la Séparation crée des ventes ! C'est connu, rien de nouveau à ça. C'est la plus vieille histoire au monde...diviser pour mieux régner, c'est du vieux et réchauffé.

Alors Que faisons-nous ? Que faites-vous ? Voulez-vous rester dans cette majorité silencieuse qui par son silence continue à supporter l'industrie de la haine ? L'expression le dit bien : « Qui ne dit mot, consens ». Ou voulez-vous prendre votre place dans l'histoire pour tourner la vapeur et tourner la page sur cette triste époque de notre ville ?

Ces entreprises fonctionnent avec l'argent. Ça c'est leur langage. Alors parlons leur langage.

Coupons les vivres qui font qu'ils peuvent continuer à faire ce qu'ils font. Personne ne souhaite que quiconque perde un emploi ou souffre économiquement, cela n'est jamais le souhait. Consommons notre argent dans des entreprises qui ne soutiennent pas ce radios.

Dépensons notre argent dans des entreprises qui ne s'associent pas à ces radios. C'est une campagne de non-coopération économique avec les entreprises s'associant à ces radios. Le but n'est pas de nuire économiquement à ces entreprises. Le but c'est de passer un message, et malheureusement, le seul langage entendu aujourd'hui par plusieurs, c'est celui de l'argent, Donc parlons ce langage. En espérant que ces entreprises qui financent ces radios fassent de nouveaux choix publicitaires et qu'on puisse par la suite retourner consommer dans ces lieux.

Ne restons pas là – Comme une majorité silencieuse. Prenons action. Prenons Action aujourd'hui économiquement. Parlons le même langage que ceux auxquels nous voulons passer ce message.

Faisons qu'économiquement, ce ne soit pas viable de vivre de la haine.

Colin Perreault

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sortir de la Spirale de la Violence: à Québec et partout

 (version abrégée de 1000 mots de ce texte )

 Suite à l'assassinat de 6 personnes à la Grande Mosquée de Québec, les nombreux blessés et des familles décimées, nous sommes à un point tournant, nous avons l'opportunité d'examiner et transformer notre façon de vivre ensemble à Québec, au Québec et plus largement, dans le monde. Avant de continuer, je souhaite offrir mes plus sincères condoléances aux familles des défunts et j'espère que ce texte vous sera en support. Étant moi-même originaire de Québec et vivant encore dans la région, j'observe depuis de nombreuses années un courant de pensée axé vers le jugement et le blâme dans les espaces médiatiques et politiques. Nommons les faits, depuis de nombreuses années, je suis témoin de différents médias qui font de leur marque de commerce, le jugement, le blâme, la critique acerbe de ce qui ne correspond pas à leurs valeurs, à leur point de vue. Et plusieurs leur rendent la pareil. Je veux être bien clair, mon but n'…

Culture d'Empathie - Le Mouvement

Culture d'Empathie est une initiative qui promouvoit l'émergence d'une culture où la curiosité et l'empathie imprègnent nos pensées, nos paroles, nos gestes, nos interactions et nos manières de vivre. Nous soutenons des organisations, des mouvements, des individus, des groupes de citoyen·ne·s et des entreprises pour développer et/ou renforcer les habiletés pour aborder tous nos défis de société avec une approche d'empathie et de non-violence. L'empathie ne cautionne pas tous les comportements; plutôt, on tente de comprendre pour ensuite agir de manière à considérer les besoins de chacun·e·s dans une situation donnée et pour développer des stratégies qui considèrent toutes et tous.
Le blâme et la culpabilité nous paralyse dans la peur et le retranchement. Faisons émerger la troisième option ; l'accueil / l'empathie / et l'action juste - l'initiative Culture d'Empathie propose un soutien qui contribue à la santé de nos communautés ainsi que pou…